Visite de la ferme bio des FRIOU des Champs Paradis

Publié le par Reponsables de l'AMAP des Croqueurs de Bio

 

P1000757

Visite de la ferme bio de Benjamin Friou à La Fortinière - Gaec des Champs Paradis

 

Samedi 18 septembre se déroulait à Bourgneuf en Retz la visite de l'exploitation de notre maraîcher Benjamin Friou. Voici quelques infos glanées lors de la visite et du pique-nique qui a suivi. Trois AMAP étaient présentes pour cette rencontre qui s'est déroulée sous un franc soleil.

 

P1000745Un peu d'histoire

 

Jusqu'en l'an 2000, l'exploitation de la famille Friou travaillait uniquement avec des grossistes, et ce depuis plusieurs générations puisque le grand-père de Benjamin était déjà maraîcher sur ce même site! En 2000 a donc débuté la conversion en bio de la ferme. «Auparavant, c'était les grossistes qui fixaient les prix et vu la taille de l'exploitation, cela ne pouvait plus continuer pour nous... » détaille Benjamin.

 

Le début du bio

Au départ, nos producteurs ne travaillaient pas avec des AMAP mais avec Biocoop, un réseau de magasins bio. Pour l'anecdote, il faut aussi savoir que la première année de production bio a été catastrophique: « Nous avons été plumés par les ravageurs, mais c'est toujours comme cela lors d'une conversion » nous explique Benjamin.

 

Le siteP1000749

L'exploitation maraichère est majoritairement située près d'un marais, dans des terres assez sableuses. « Le marais nous permet d'avoir un accès à l'eau aisé et notre situation près de la côte nous garantit un bon ensoleillement. » Benjamin Friou est installé en GAEC avec ses parents depuis 2004, sur une exploitation de 20 hectares cultivables dont un hectare de serres.

 

La règle de base

« En bio, on veille toujours à ne pas replanter la même chose d'une année sur l'autre sur la même parcelle. Cela évite les problèmes sanitaires, encore plus pour les cultures dites longues. »

 

P1000751L'emploi

« Sur l'exploitation, je travaille avec mes parents et trois contrats CDI. En plus, j'embauche des saisonniers au nombre de deux en ce début d'automne. » Il faut savoir que certaines cultures demandent énormément de main d'œuvre comme les haricots verts par exemple. Benjamin en produit seulement pour ses amapiens...

 

Le pique-nique

Après cette visite, les Amapiens et les producteurs ont cassé la croute ensemble, l'occasion de discuter et d'apprendre à se connaître.

 

 

P1000753

Publié dans Contrat Légumes

Commenter cet article